Les auteurs "contemporains"

Henning Mankell
Romancier le plus populaire de Suède, le créateur de l'enquêteur Kurt Wallender est devenu le symbole du "polar venu du froid". Traduite en une trentaine de langues, sa série policière s'est vendue à près de quarante millions d'exemplaires. Mankell rappelle que "la fiction est l'une des plus vieilles formes de littérature - et la plus efficace pour raconter une histoire". (t.s.)

Livre lu : Le retour du professeur de danse
Suggestion livresque : Les chiens de Riga
Site internet : il faut cliquer ici



George Pelecanos
Choisir une ville, un quartier et s'y tenir, c'est le pari de George Pelecanos qui vit et écrit sur Washington Dc depuis quinze ans, une ville qui n'a rien avoir avec la Maison-Blanche et ses hommes d'affaires en tout genre. Le ghetto et ses rues, ses blocs de maisons, les Noirs, les Blancs, les immigrés italiens ou grecs, voilà son terrain de prédilection. Mais l'auteur ne se contente pas d'écrire une ville et sa délinquence, il regarde le monde changer au fil des années et de la quinzaine de livres qu'il a écrits. Le choix de l'émotion et le sens de la morale familiale donnent un supplément d'âme qui lui permet de se démarquer des thrillers et des romans noirs américains actuels. (c.f.)

Suggestion livresque : Drama City
Site internet : il faut cliquer ici



Fred Vargas
Interpréter les traces, c'est la marque de fabrique de la romancière Fred Vargas. Le point de départ de ses romans policiers, c'est l'envie de "se raconter une histoire". Fred Vargas ne développe pas la critique sociale dans ses livres, pas plus que l'engagement politique qu'elle pratique ailleurs. Ses personnages, comme le commissaire Adamsberg, cultivent la lenteur, la rêverie. L'écriture, souvent poétique, minutieuse, découle de tous ces éléments et tranche avec le mode polar qui taille dans le vif. Fred Vargas y ajoute un sens de l'humour, une fantaisie inattendue, une volonté de "bien finir" qui déroute au milieu d'un monde souvent très sombre. (c.f.)

Suggestion livresque : L'homme aux cercles bleus
Site internet : il faut cliquer ici



Patricia Cornwell
Patricia Cornwell ne ménage pas ses efforts pour mettre son personnage au parfum du nec plus ultra en la matière : cours de pathologie appliquée à Quantico, au siège du FBI, et à l'école d'investigation sur les homicides à Baltimore; rencontres avec des serial killers en prison, interviews de spécialistes en tous genres... La romancière sait donc de quoi elle parle et se fait fort de coller au plus près de la réalité scientifique, sans inventer quoi que ce soit. On y retrouve souvent les mêmes ingrédients : un méchant très méchant, des meurtres bien dégueulasses, des descriptions minutieuses, des autopsies bien détaillées, des raisonnements brillants. (d.p.)

Suggestion livresque : Postmortem
Site internet : il faut cliquer ici



Donald Westlake
Maitre du "roman de casse", il a un penchant pour les losers et les "professionnels" malchanceux. Par exemple, l'un de ses personnages récurents, John Dortmunder, est un gagnster qui reste pratiquement tous ses coups. Cela permet de mettre à l'auteur de mettre ses héros dans des situations rocambolesques, à la lisière de l'absurde. Ce maître de l'humour joue avec les situations les plus conventionnels du polar, qu'il détourne par détails. Mais à l'occasion, il sait ancrer son intrigue dans un contexte social : le héros du Couperet, cadre récemment licencié à la suite d'une restructuration, va en arriver aux armes pour retrouver coûte que coûte sa situation. L'humour noir est la patte de Westlake. (b.l.)

Suggestion livresque : Comme une fleur
Site internet : il faut cliquer ici


Autres auteurs à lire et à découvrir :

James Ellroy - L.A. Confidential
Andrea Camilleri - Les enquêtes du commissaire Collura
Elizabeth George - Mes secrets d'écrivain
Anne Perry - Les tranchées de la haine
Michael Connelly - L'envol des anges
Ian Rankin - Une dernière chance pour Rebus

Retour à l'accueil