Auteur : Boris Vian
Titre : L’écume des jours
Editions : Pauvert (Le livre de Poche, 14087)

Pages : 315 pages

Colin et Chick sont de très bons amis. L’un n’a pas besoin de travailler pour vivre, il a une petite fortune mise de côté et peut en profiter dignement. L’autre travaille très rarement, seulement lorsqu’il a besoin d’argent pour acheter tous les livres et autres gadgets de Sartre.

 

Chick rencontre une femme, Isis, avec qui il partage la même passion, mais cette dernière n’a pas besoin d’avoir l’objet proprement dit. Colin leur donne une rentre afin qu’ils puissent se marier, mais Chick le dépense très vite dans des objets insolites ayant soi-disant appartenu à Sartre.

 

Quant à Colin, il découvrira l’amour en compagnie de Chloé. Toute la ville a été invitée aux noces. Ils vivront très bien et seront très heureux. Malheureusement Chloé tombera malade. Au fur et à mesure de la progression de la maladie, tout changera. L’argent disparaissant très vite en bouquets de fleurs et en honoraires médicaux. Tout deviendra tout petit comme le compte en banque de Colin.

 

Mais cela n’a pas d’importance, tout ce qui compte est de sauver Chloé de cette terrible maladie.

 

**********

 

Moi qui ne suis pas trop science-fiction surréaliste, me voilà plongée dedans. Mon avis sera donc mitigé.

 

La première partie que j’ai beaucoup aimée est l’amitié très présente à plus d’un titre. Colin envers Chick avec toute l’aide que celui-ci apporte pour qu’il puisse vivre dignement. Et puis, il y a Chick envers Colin au moment de la maladie de Chloé. Je n’en ai pas parlé plus haut, mais il y a Nicolas, le cuisinier de Colin qui restera jusqu’au dernier moment en compagnie de Colin. Chloé aura également toute l’amitié de son amie Isis même dans les moments pénibles !

 

Ce qui me déçoit un peu est la partie « futuriste » de l’époque. Où tout va bien dans le meilleur des mondes (quel jeu de mots stupide) grâce à l’argent, mais dès qu’il se fait rare, tout est en train de dégringoler ! Et puis, l’obstination de Chick envers Sartre qui est tout le temps marqué Partre (cela a le don de m’agacé) !

Je suis donc sur un avis assez bizarre sur ce livre ! En espérant que certain(e)s l’apprécie à se juste valeur…

 

Livre lu dans le cadre de ma participation au

Retour à l'accueil