Auteur : Joyce Carol Oates
Titre : Nous étions les Mulvaney
Editions : Stock
Pages : 595 pages

 

Michael Mulvaney, couvreur de métier, est marié à Corinne. Leur famille est composé de quatre enfants, trois garçons (Michael Junior, Patrick et Judd) et une fille (Marianne).

 

Corinne, mère au foyer, s’occupe de ses enfants, de ses animaux ainsi que de son petit magasin d’antiquités. La religion a une place importante dans sa vie. Michael père a son entreprise de couverture, il cherche absolument à être reconnu de sa famille, de ses amis ainsi que les notables de la ville (notamment ceux du Country Club de Mont-Ephraim).

 

C’est une famille soudée jusqu’à ce qu’il arrive un malheur. Là personne ne comprend ce qui est arrivé et pourquoi à eux. Alors qu’ils sont respectés ? Qui a voulu du mal à son enfant ?

 

C’est alors que la famille Mulvaney sombra dans la déchéance. Michael père ne supporta plus de voir son enfant et faisait comme si il n’avait jamais existé, au point de l’envoyer chez une tante loin de la famille, mais surtout loin de la ville où les ragots vont bon train.

 

Le reste de la famille se dégradera au fur et à mesure que les années avancèrent, car justice ne sera pas faite…

 

Corinne Mulvaney pensera quand priant tout s’arrangera, alors que rien ne s’arrangera aussi facilement. Cela ira jusqu’à la vente de l’entreprise de Michael père, la vente de la maison ainsi que la perte des enfants qui iront vivre dans d’autres villes et ne donneront que très rarement des nouvelles à leurs parents.

 

Heureusement, un épilogue avec une « fin heureuse » termine l’histoire.

 

**********

 

J’aurais du lire ce livre pour le 1er juillet pour la lecture du blogoclub, mais n’ayant pas eu l’occasion de lire assez rapidement, voici seulement mon avis sur ce livre.

 

C’est le deuxième livre de Joyce Carol Oates que j’ai eu l’occasion de lire et je dois dire que cela a été un vrai régal encore une fois !

 

J’aime l’écriture de l’auteure par ces descriptions où l’on a l’impression de se retrouver dans l’histoire. Mais j’ai l’impression d’y voir un peu de poésie à travers ces descriptions !

 

Ce qui m’a également plu c’est cette histoire de famille aux Etats-Unis, où dans les années 60-70 il faut vraiment être vu pour être quelqu’un.

 

Je ne peux que recommander ce livre tant au point de vue de l’histoire mais également par rapport à l’auteure que j’apprécie beaucoup.

 

A lire donc sans hésitation !
Retour à l'accueil